Parcours perso

S’aimer suffisamment

25 août 2021

Par l’intermédiaire de mon précédent article, nous avons fait le tour des symptômes, causes et conséquences du syndrome de la gentille fille (vous le trouverez ici => SYNDROME DE LA GENTILLE FILLE). Aujourd’hui je vous propose de travailler sur la deuxième étape du « traitement » du syndrome de la gentille fille : apprendre à écouter ses besoins et désirs.

Ecouter ses besoins et désirs est une condition sine qua non pour pouvoir se réapproprier ses droits. Mais avant toute chose, écouter ses besoins et désirs implique de s’aimer suffisamment pour leur accorder la légitimité qu’ils méritent.

S’aimer suffisamment

S’aimer suffisamment (en référence à la théorie de la « mère suffisamment bonne » de Winnicott) c’est s’aimer, ni trop, ni pas assez. Il ne s’agit pas de vouer un véritable culte à sa personne mais de s’aimer sans condition, comme un parent « suffisamment bon » aime son enfant : ni trop, ni pas assez.

Nous ne sommes pas tous égaux en matière d’amour de soi. L’amour que nous nous portons est effectivement très fortement conditionné par l’amour que l’on nous a porté enfant. Heureusement, il n’est jamais trop tard pour apprendre à s’aimer.

Prendre soin de soi

Etape 1 : se traiter comme un.e ami.e

Pour ça, commencez par vous traiter comme vous traiteriez un.e ami.e. Autrement dit, avec respect, bienveillance, indulgence, tolérance et compassion.

Etape 2 : prendre soin de soi comme un parent

Si c’est déjà le cas, prenez soin de vous comme un parent « suffisamment bon » prendrait soin de son enfant. En d’autres termes, répondez à tous vos besoins (selon la Pyramide de Maslow) :

  • physiologiques,
  • de sécurité,
  • d’appartenance et d’amour,
  • d’estime,
  • d’accomplissement de soi.

Plus difficile n’est-ce pas 😉 ?

Apprendre à s’aimer soi-même est l’amour le plus vrai qui soit.
Whitney Houston

Accorder à ses besoins et désirs la légitimité qu’ils méritent

Etape 3 : déconstruire ses croyances limitantes

Ne pas accorder à ses besoins et désirs la légitimé qu’ils méritent est souvent la conséquence d’une croyance limitante qu’il est nécessaire de déconstruire pour passer à l’étape suivante. La plus répandue consiste à croire que nos besoins et désirs sont moins légitimes que ceux des êtres qui nous sont chers.

Une question : pourquoi ? Pourquoi nos besoins et désirs seraient-ils moins légitimes que ceux de nos amis, de nos parents, de notre moitié ou encore de nos enfants ?

Aimer ne nécessite ni compromis, ni concessions, ni sacrifices. On aime sans condition ou on n’aime pas vraiment ! J’irai même plus loin en disant que les compromis, concessions et sacrifices sont néfastes à l’amour.

Gardez à l’esprit que personne d’autre ne peut aussi bien prendre soin de vous… que vous 😉 !

Ecouter ses besoins et désirs

Ecouter ses besoins et désirs

Etape 4 : s’écouter

 

Ecouter ses besoins et désirs nécessite d’écouter les signaux véhiculés par nos sensations et émotions. Il ne s’agit pas de les laisser se faire entendre (ils le feront tôt ou tard pour vous obliger à les écouter) mais d’y être attentif.ve avant qu’ils aient besoin de se faire entendre.

Les signaux véhiculés par nos sensations sont généralement plutôt faciles à interpréter. Ceux véhiculés par nos émotions le sont beaucoup moins. Pourtant s’il y a émotion désagréable, vous pouvez être sûr(e) que cette dernière vient vous signifier que l’un de vos besoins ou désirs n’est pas comblé (nous y reviendrons dans le cadre d’un autre article sur les émotions).

Maintenant tu te sens prête, tu t’entends résonner
Et puis t’abandonner
Maintenant tu t’écoutes
Tu sais que t’as le droit de te laisser aller
Et de te dire je t’aime

Barbara Pravi

Se réapproprier ses droits

Etape 5 : réfléchir sur ses droits personnels

Vous vous aimez suffisamment ? Vous accordez à vos besoins et désirs la légitimité qu’ils méritent ? Vous les écoutez ? Dans ce cas, vous êtes prêt.e à vous réappropriez vos droits. Parmi eux :

  • le droit de se reposer,
  • le droit de prendre du temps pour soi,
  • le droit de changer d’avis,
  • le droit de ne pas être parfait.e,
  • le droit de se tromper,
  • le droit de décevoir,
  • le droit de dire non, …

Réfléchir sur ses droits personnels : le droit de dire non, de s’occuper de soi, de décevoir, de revenir sur une parole donnée si on a de bonnes raisons pour cela.
Christophe André

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

No Comments

Laissez un commentaire