Tout savoir sur le Wutao

Cela fait plusieurs décennies déjà, avec le yoga ou encore la sophrologie, que l’idée d’associer le développement du corps et de l’esprit est en vogue et se fait une place, notamment auprès des cours collectifs et des salles de sport. Les variantes sont nombreuses et rencontrent des succès divers, néanmoins nous souhaitions justement en cibler une en particulier, qui débarque en force et qui devrait très vite faire des émules un peu partout : le Wutao. Nous allons dans un premier temps revenir sur l’histoire de cette discipline somme toute récente, puis nous prendrons le temps d’en définir la pratique, de façon plus opérationnelle, de sorte que vous puissiez déjà vous faire une idée plus précise de ce qu’est vraiment le Wutao dans le réel, dès le sortir de la lecture…

 

 

I/ En remontant aux origines du Wutao…

Si vous êtes un adepte du yoga, de la sophrologie, de la méditation, voire même d’arts martiaux sans contact, alors vous allez être conquis par ce que propose le Wutao. Cet art corporel se fixe pour but de réveiller l’âme par l’harmonie du corps et par la réalisation de certains mouvements.

C’est un couple d’origine française : Imanou Risselard, une artiste qui travaille sur l’expression du Taoïsme dans la danse et dans le théâtre et Pol Charoy, champion du monde de Kung Fu en 1983, qui ensemble, vont fonder les préceptes du Wutao, en 2000.

Leur objectif commun est de parvenir à s’élever ensemble (et individuellement) d’un point de vue spirituel, et dans les voies de la philosophie Taoïste, qui demeure centrale. Pour cela, Imanou et Pol préconisent de travailler sur le corps, bien entendu, mais aussi d’aller au-devant de leurs propres émotions, de leurs propres pensées, et cela se traduit par un art corporel qui s’articule principalement autour de la colonne vertébrale, dans un état de conscience modifiée.

A la base, le Taoïsme est une religion dont le but est d’atteindre la sagesse ultime, tout en respectant certains fondements. Par essence, le Taoïsme s’affranchit du dictat des lois qui régissent la société et prône la bienveillance envers les autres et toutes celles et tous ceux dont on croise un jour la route. Il faut savoir que si les 2 mots Wu et Tao apposés l’un à l’autre veulent dire quelque chose comme “la voie (ou le chemin – Tao) de la danse (Wu)”,  l’idéogramme qui représente le Wutao signifie quant à lui littéralement “aller à la rencontre de son véritable visage”, et cela donne une idée relativement précise des objectifs vers lesquels les pratiquants désirent tendre en adoptant cette discipline.

Le Wutao est une façon de s’extirper du stress que nous communique la société, d’approcher la zénitude, de se reconnecter à l’essentiel des choses de la vie, sans ne plus jurer que par le statut social ou ce genre de repères matériels. Le Wutao est un peu comme une voie que l’on peut choisir d’emprunter afin de reprendre conscience de son esprit et de son corps, afin de mieux se comprendre et aussi de parvenir à mieux encaisser, à faire preuve de plus de souplesse  et à dénouer pas mal de tensions (on observe de très bons résultats pour traiter les maux de dos et les migraines chroniques par exemple…).

La pratique du Wutao est censée amener à une forme d’éveil de l’âme, d’épanouissement, et cette danse énergétique axée autour de la colonne permet de faire circuler toute l’énergie possible dans l’être sentient que nous sommes.

 

II/ Comment se pratique le Wutao au juste ?

Comme nous l’avons dit plus tôt, “Wu” signifie “Danse”, et cela vaut pour les mouvements ondulatoires de la colonne vertébrale qui sont préconisés dans la discipline. Le Wutao va vous apprendre à assouplir ce pilier central de votre corps qu’est la colonne, et vous allez par la suite parvenir à la libérer de l’ensemble des tensions qui l’enserrent.

Il n’y a pas besoin  de vous échauffer, ni de vous étirer en début de séance, car les mouvements sont doux, et vous pourrez en réaliser certains assis, et d’autres debout. Outre le travail sur la colonne donc, sachez que le Wutao permet également de travailler au niveau du bassin, en faisant en sorte d’améliorer sa mobilité,  et de relâcher le sacrum.

Ces 2 étapes sont fondamentales pour que la colonne puisse bénéficier d’une amplitude de mouvement optimale, et c’est la raison pour laquelle de nombreux mouvements d’enroulement et de spirale sont au menu.

Que ce soit en salle dans un cours collectif, via une initiation en petit comité, ou par des cours en ligne, qui sont de mieux en mieux faits et très agréables à suivre, il sera possible de suivre directement les fondateurs de la discipline, car ils organisent des ateliers et des stages de pratique dans plusieurs villes de Franc au cours de l’année. Une fois que vous saurez réaliser par vous-même quelques mouvements, alors rien de plus simple que de pratiquer depuis chez vous !

En principe, le Wutao se pratique plutôt en groupe, en intérieur ou en extérieur si cela est possible, et il n’y a pas vraiment d’âge pour cela. Les personnes d’un certain âge tireront profit des séances en gagnant en souplesse et en mobilité, les plus jeunes quant à eux gagneront en confiance et en maîtrise de soi.

 

 

Pour conclure :

A présent que vous en savez un peu davantage sur le Wutao, libre à vous de vous renseigner plus avant et de chercher à voir s’il existe ou non une structure proposant des séances autour de chez vous. Si ce n’est pas le cas, encore une fois, renseignez-vous via Internet, Imanou et Pol proposent toutes sortes de vidéos grâce auxquelles vous pourrez voir de vos propres yeux ce qu’il en est vraiment de la pratique.

Quoi qu’il en soit vous l’aurez compris, la discipline du Wutao s’adresse à absolument tout le monde et elle ne sollicite pas d’effort particulier, tant sur le plan articulaire que musculaire. Cela ne veut pas pour autant dire que vous ne travaillerez pas du tout à ce niveau là, mais vous le ferez simplement de manière imperceptible….et par ailleurs, le Wutao est avant tout une discipline de l’âme et du corps, que de la performance !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.