Les effets du véganisme sur le corps

Le véganisme, c’est un mode de vie que l’on adopte et non pas juste un régime alimentaire. Lorsqu’on l’adopte, on dit adieu à tous les produits d’origine animale, que ce soit ceux que l’on mange ou ceux que l’on porte. Au revoir le cuir, la laine ou encore la soie, mais aussi les produits cosmétiques testés sur les animaux. D’ailleurs, les végans ne vont jamais au cirque ni au zoo, et sont contre toutes souffrances animales. Cependant, lorsqu’on parle de végan, c’est plus la partie alimentation qui se distingue puisqu’elle est uniquement constituée de fruits, de légumes, de graines, d’oléagineux, de légumineuses ainsi que d’algues, de céréales complètes et d’huiles végétales. Alors, quels sont les effets du véganisme sur le corps ? Voyons cela de plus près.

Véganisme, végétarisme et végétalisme

Il est important de faire une certaine distinction entre véganisme, végétarisme et végétalisme comme le rapporte le professeur Irène Margaritis, qui est le chef de l’unité d’évaluation des risques relatifs à la nutrition à l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation. Le véganisme désigne un mode de vie, dont le régime alimentaire repose sur le végétalisme. Les végans sont des végétaliens qui ne mangent ni viande, ni poisson, ni œufs, ni produits laitiers, ni miel, ni tout produit contenant de la gélatine de porc. Le régime végétalien adopté dans un mode de vie végan n’accepte aucun produit issu d’animaux, mais seulement des produits issus des végétaux : fruits, légumes, céréales, légumineuses, oléagineuses, noix… Par contre, tous les végétaliens ne sont pas tous végans. Pour ce qui est du végétarisme, son principe repose sur la non-consommation de chair d’animaux, et n’exclut pas les produits laitiers ni les œufs.

Les bienfaits du véganisme

Aujourd’hui, le véganisme connaît de plus en plus d’adeptes. Si les végétariens ont tiré un trait sur la viande, le poisson et les crustacés – pour les insectes, on ne sait pas, mais gageons qu’ils sont bannis de l’alimentation aussi, les végétaliens ont fait plus en éliminant de leur régime alimentaire tous les produits qui provient des animaux – du coup, tout ce qui est à base de lait, les œufs ainsi que le miel sont bannis. Et les végans vont encore plus loin en s’interdisant tout produit issu du règne animal : cuir, laine, soie, maquillage testé sur les animaux…

D’après de nombreuses études scientifiques, devenir végan aurait de nombreux bienfaits. Le régime végétalien se comporterait comme un bouclier contre les maladies graves. Il permet de diminuer les risques d’obésité, d’hypertension, de maladies coronariennes, de diabète de type II et de certains cancers. Ce genre de régime permettrait même d’allonger l’espérance de vie. Le fait de manger plus sain et moins gras entraîne par ailleurs des bénéfices physiques, comme une plus belle peau, de meilleures performances sportives, moins d’odeurs corporelles ainsi que la perte de poids ultrarapide.
Dans la mesure où ce genre d’alimentation ne nécessite que peu d’eau, le végétalisme est non seulement plus sain pour l’homme, mais également pour la planète. Les études sont formelles, il faut environ 5x moins d’eau pour produire un kilo de riz qu’un kilo de viande de bœuf. D’autant plus qu’aucun antibiotique n’est nécessaire alors qu’ils sont distribués largement aux animaux d’élevage ainsi qu’aux poissons destinés à la consommation. En devenant végan, on participe à la diminution des émissions de gaz à effet de serre.
Généralement, on n’entend pas les gouvernements se prononcer sur les régimes alimentaires, sauf pour dire qu’il faut manger 5 fruits et légumes par jour (recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé et ca

mpagne menée par le Plan National Nutrition Santé depuis 2001). En Australie – il faut avouer qu’ils ne font jamais comme tout le monde, le gouvernement a admis que le régime végétalien convient à tous les âges, même les bébés, les femmes enceintes et les séniors. Au Royaume-Uni, une compagnie d’assurance propose même une assurance-vie beaucoup moins chère pour les végétariens et les végétaliens du fait que leur régime leur permet d’avoir une meilleure santé.

Les risques du véganisme sur l’organisme

Lorsqu’on parle de régime alimentaire, il y a les bienfaits d’un côté et de l’autre les risques qui sont également à considérer. Pour qu’un régime végan n’ait pas de risque sur la santé, il est important de ne pas négliger les apports et les nutriments essentiels à l’organisme. Malheureusement, un régiment végan complet et équilibré demande énormément de temps ainsi que de connaissances nutritionnelles. De ce fait, peu sont les végétaliens et les végans qui arrivent à maintenir leur régime au quotidien puisqu’ils finissent par souffrir de carences entraînant :
Une importante fatigue tant physique que mentale ;
Un amaigrissement rapide involontaire ;
Des fractures beaucoup plus fréquentes ;
Des troubles du système nerveux se traduisant par un trouble de la mémoire et de l’irritabilité, entre autres.
Les carences en fer, en calcium, en vitamine D, en protéines, en zinc ainsi qu’en vitamine B12 sont celles qui touchent bien souvent les personnes adoptant un régime végétalien ainsi que les végans. Bien qu’il soit possible de puiser les autres minéraux dans d’autres aliments, tels que les protéines végétales, des légumes et même l’eau, il est important de rester vigilant et de préparer soigneusement chaque repas avec méthode.

Surveiller les apports en vitamine B12, en fer, en calcium et en iode

La vitamine B12, majoritairement présent dans la viande, les œufs et le poisson, est celle qui est la plus difficile à combler pourtant, elle est vraiment essentielle pour l’organisme puisqu’elle joue un rôle majeur dans la formation des globules rouges ainsi que le renouvellement de certaines cellules. Cette vitamine n’est pas du tout présente dans l’alimentation des végétaliens et des végans. Pour les trouver, ils doivent alors se tourner vers des compléments alimentaires, mais là encore, il faudra qu’ils fassent attention aux mauvaises sources de vitamine B12, comme la spiruline ou le tempeh (produit à base de soja fermenté) qui contiennent uniquement une version inactive de la vitamine.
Ceux adoptant un régime végétalien doivent également surveiller leur apport en iode qui est un oligo-élément apporté par le sel s’il est iodé, les fruits de mer et le poisson. Là encore, il est nécessaire de recourir à une supplémentation puisque le régime interdit tout produit d’origine animale.
Pour ce qui est du fer et du calcium, des oligo-éléments indispensables que l’on trouve majoritairement dans les produits laitiers pour le calcium et dans la viande pour le fer, contre toute attente, les végans peut subvenir à leurs besoins en matière de calcium puisque de nombreux aliments d’origine végétale en sont riches, comme les choix, le soja, les amandes, des pois chiches, le persil ainsi que les brocolis ; et certaines eaux embouteillées également (Contrex, Hepar, Courmayeur…). Pour le fer, on peut en retrouver un peu partout, mais malheureusement sous une forme moins assimilable que celui présent dans la viande. Mais du fait que les végétaliens consomment beaucoup de fruits et de légumes qui sont riches en vitamine, l’assimilation n’est pas un problème au fil du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.