La blessure du rejet

La blessure du rejet est la blessure de celui ou celle qui s’est senti repoussé, ignoré, rejeté, ou même inexistant. Cette blessure est présente en lui depuis toujours et est éveillé en lui par le parent du même sexe.

C’est la blessure la plus commune, elle existe en tout le monde car elle touche l’Être et l’ego.

Comment reconnaitre la blessure de rejet ?

Cette personne ne s’accepte pas, n’accepte pas son être. Elle pense ne pas mériter d’exister, elle est effacée et pas affirmée. Souvent distraite, elle fait des erreurs et se dévalorise. On pourrait même dire qu’elle s’auto-sabote.
En réalité, elle se rejette elle-même, autant qu’elle rejette l’autre et qu’elle se sent rejetée. Elle attire même ce rejet.
Son émotion principale est la peur. Sa peur la plus grande est de paniquer.

Son comportement est donc de chercher à être invisible, inaudible. Elle a peur de déranger et d’être de trop, car elle est incapable de se faire respecter.
Elle a tendance au perfectionnisme et à l’altruisme. Elle se sent souvent nulle et bonne à rien, raison pour laquelle on la rejette selon elle, c’est pourquoi elle est perfectionniste par exemple : notamment pour prouver qu’elle n’est pas nulle vu qu’elle fait les choses à la perfection.

Cette blessure s’exprime aussi par le corps. Celui-ci est souvent très mince, à tendance anorexique. Par cela, le corps essaye de se faire aussi discret que possible, presque pour disparaitre. Encore une fois, le but est surtout de ne pas prendre de place, ne pas se faire remarquer. Ainsi, la personne se fait oublier, quitte à se sentir rejetée par la même occasion.

Comment se comporte une personne affectée par la blessure du rejet ?

La personne souffrant du rejet porte le masque du fuyant. Ce masque peut être porté au quotidien si la blessure est très grande ou seulement par moment. Ainsi, les comportements associés peuvent être visibles tout le temps ou seulement dans quelques situations ou quelques heures par semaine par exemple.

Lorsqu’elle porte ce masque, la personne a tendance à s’isoler, voir à fuir la situation ou la personne qui leur cause le sentiment de rejet. Elle peut même avoir recours à des substances pour fuir. Elle préfère s’éclipser avant d’expérimenter le rejet.

Elle peut le faire facilement car elle a une grande imagination et une grande indépendance. Elle peut alors « s’échapper » dans sa tête, son imaginaire. Cette fuite peut être physique, mais cela peut également être le cas d’une personne qui se noie dans le travail pour ne pas faire face au rejet dans sa vie personnelle.

Pour se libérer, elle doit reconnaitre son droit d’exister et reconnaitre sa valeur. Elle ne doit plus avoir continuellement peur de déranger et chercher à s’affirmer un peu plus, par étapes.

Chacun d’entre nous est unique et mérite de vivre et d’exister, et tout cela avec sa propre personnalité. En s’acceptant pleinement, le fuyant n’est plus obligé de fuir et de se cacher. Il ne doit plus souffrir des conséquences de ces fuites régulières dans sa vie quotidienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.